• Enjeux
  • Stratégie, communication et mobilisation RSE

Stratégie, communication et mobilisation RSE

De plus en plus attendue des parties prenantes et des audiences, exigée par la réglementation, la prise de parole RSE des entreprises est devenue un véritable enjeu de crédibilité et de réputation pour celles-ci.

Trois écueils freinent pourtant les entreprises dans leur communication :

La complexité des cadres et référentiels. Raison d’être ou mission ? Rapport RSE, de développement durable, intégré, déclaration de performance extra-financière  ? ODD ou EU Green Taxonomy ? La « RSE » est une notion encore mouvante dont les contours et les argumentaires continuent de se transformer avec l’évolution des réglementations, des modes de reporting, des attentes de la société ou des investisseurs. Trouver le bon positionnement pour parler avec les bons publics, en utilisant un référentiel et un mode de reporting adéquats, exige de croiser de nombreuses expertises dont peu d’entreprises disposent. 

La standardisation des discours. Contraintes par la Constitution et la réglementation, d’une part, par les exigences de l’opinion, d’autre part, les entreprises ont tendance à se conformer à ces obligations (déjà exigeantes pour certaines) sans s’interroger sur leur utilité propre, sur les sujets sur lesquels elles pourraient réellement faire la différence. La politique environnementale est souvent pensée en silo, sans lien réel avec le « commun » de l’entreprise (purpose, valeurs, projet opérationnel). En résulte un discours RSE lisse, voire hors sol, sans valeur ajoutée pour les parties prenantes et in fine pour la visibilité et la réputation de l’entreprise.

La peur du « green washing ». Dans les années 2000, la prise de parole sur le développement durable, massive, aspirationnelle… et souvent sans fondement, avait généré une méfiance tenace des publics envers le secteur privé. Aujourd’hui, les entreprises prennent le contre-pied, n’osant s’exprimer tant que des preuves tangibles et mesurables ne viennent pas appuyer leurs dires. Un exercice qui n’est pas si aisé quand on connaît la difficulté de chiffrer un impact environnemental ou sociétal. Résultat : les indicateurs choisis sont souvent standardisés et peu signifiants quant à l’activité et la stratégie de l’entreprise.

En croisant ses expertises du reporting RSE et intégré, sa connaissance des parties prenantes, de la communication corporate et des contenus, Angie a développé une méthodologie permettant d’accompagner la structuration et l’activation de discours RSE à forte valeur ajoutée pour l’entreprise qui repose sur quatre piliers.

Laurent-Cédric V
Directeur Général Angie Content

Elsa P
Directrice adjointe du planning stratégique

Vous souhaitez un premier échange téléphonique ?

Prenez rendez-vous !

Clients

Nous collaborons étroitement avec nos clients et nous nous attachons à comprendre leur culture, leurs besoins actuels et leurs ambitions futures.