• janvier 2023
  • Anne Le Brouster
  • Posts
  • Influence digitale

En amont de la chaîne, des journalistes soumis à la pression de l’immédiateté et à la concurrence des sources alternatives. En aval, des audiences fatiguées par un déferlement d’informations de plus en plus nombreuses, de moins en moins fiables. Au cœur de cet écosystème, les entreprises et leurs agences RP doivent prendre leur responsabilité en contribuant à une information apaisée, pertinente et fiable.

graphiques

Digitalisation des médias traditionnels, chaînes d’information en continu, explosion des réseaux sociaux, développement de nouveaux formats, multiplication des sources, émergence des influenceurs, etc. Jamais nous n’avons été exposés à autant d’informations et jamais nous n’avons eu autant de moyens de la consommer.

Et cette apocalypse cognitive – comme le décrit Gérald Bronner – impacte notre rapport à l’information. 1 Français sur 2 estime qu’il est difficile de trouver la bonne information et ils sont autant à déclarer souffrir de “fatigue informationnelle”. Près de 77 % avouent même limiter ou cesser de consulter les informations pour échapper à ce déferlement.

Corollaire de cette société critique où les voix se multiplient, les médias “traditionnels” perdent en crédibilité : seuls 30 % des hexagonaux leur font confiance. Une défiance qui accroît encore un peu plus le malaise d’une profession dont les conditions de travail se sont considérablement dégradées. 35 % des journalistes disent prévoir leurs articles moins de 24 h avant leur parution. La réduction des effectifs au sein des rédactions leur impose d’être toujours plus polyvalents, toujours plus productifs : la majorité d’entre eux couvre au moins 5 domaines d’activité et 29 % réalisent jusqu’à 10 sujets par semaine.

4 principes pour des RP responsables

Les entreprises et leurs agences RP pourraient certes se contenter d’observer cette mutation des usages et de profiter de la visibilité offerte par cet écosystème informationnel amplifié. Mais en quoi alors, leur parole serait-elle plus crédible que celle du reste de la société critique ?

Chez Angie, nous avons la conviction que les RP doivent prendre leurs responsabilités et transformer leurs pratiques pour travailler main dans la main avec ceux qui produisent l’information, dans l’intérêt de tous : entreprises, médias traditionnels ou émergents, mais surtout audiences. Nous pouvons, à notre échelle, contribuer à la production d’une information plus qualifiée, plus sourcée, plus mesurée. C’est dans cet état d’esprit que nous avons imaginé les 4 principes qui guident aujourd’hui notre pratique des relations avec les médias.

1. Penser le contenu comme un service : dans un contexte de travail dégradé pour les équipes éditoriales, il est fondamental de leur apporter un contenu qualifié et vérifié, construit pour les nourrir dans la rédaction des sujets ; des informations partagées et des supports – études, infographies, data intelligente – qui vont permettre de construire des papiers qui vont être vus, appréciés et partagés, pas simplement “clickés”.

2. Modifier la temporalité de l’information : dans le tourbillon de l’exposition médiatique, il devient urgent de ralentir le rythme de la publication : partager moins, pour partager mieux. La rareté de l’information la rendra nécessairement plus attendue, plus écoutée ; et dans le cas de controverses, permettra de prendre le temps d’assumer plutôt que d’affirmer et de relancer, parfois, trop fort l’emballement médiatique.

3. Être dans les préoccupations des audiences : une information en chasse une autre parce qu’il y en a trop certes, mais surtout parce que leur intérêt n’est pas majeur par rapport aux réelles préoccupations de chacun. Il est ainsi essentiel de se concentrer sur des sujets faisant écho aux questions posées par la société et de permettre un débat plus éclairé.

4. S’ancrer dans la vérité : dans un climat de défiance, la capacité à apporter des contenus de fond vérifiés est nécessaire pour accompagner la construction d’articles qui par leur véracité participent à la lutte contre la désinformation et nourrissent la discussion.

Plus d'idées

octobre 2022
Posts - Influence digitale

TikTok n’est pas un réseau social

octobre 2022