le blog des angiens

Rapports annuels et développement durable 2013 : retrouver le plaisir de comprendre

Rapports annuels et développement durable 2013 : retrouver le plaisir de comprendre Rapports annuels et développement durable 2013 : retrouver le plaisir de comprendre

Le plaisir de comprendre avec des infographies réalisées par Angie

Le plaisir de comprendre avec des infographies réalisées par Angie Le plaisir de comprendre avec des infographies réalisées par Angie

La Banque Postale aime les nouveaux formats

La Banque Postale aime les nouveaux formats La Banque Postale aime les nouveaux formats

Petit déjeuner Club Angie 30 septembre – Les défis pour les directions de la communication

Un nouveau Club Angie s’est déroulé le mardi 30 septembre 2014.

Le sujet de ce petit-déjeuner était : les réseaux sociaux à l’heure de la maturité les défis pour les directions de la communication.

Après la présentation par les deux directeurs associés d’Angie+1François Guillot et Virgile Jouanneau, une phase de questions du public a permis d’approfondir le débat.

Le dernier numéro de la Collection Sortez la Tête du Flux consacré aux réseaux sociaux à l’heure de la maturité a été distribué aux soixante invités présents.

Découvrez les photos de cet événement sur notre Pinterest.

Pour participer à nos prochains débats et recevoir nos diverses publications, merci de bien vouloir vous inscrire ici.

Mots-clés

Les bons contenus, c’est comme les bons cadeaux

La stratégie éditoriale est la rencontre de messages d’un émetteur et de besoins de ses publics.

Le premier obéit à une logique business et de communication (une stratégie, des objectifs) ; les seconds obéissent à une logique de sciences humaines (souvent non rationnelle).

Pour trouver ce subtil équilibre, nous avons un exercice à vous proposer : pensez vos contenus comme des cadeaux. De bons cadeaux.

Mais qu’est-ce qui fait qu’un cadeau est LE BON CADEAU ? Quand nous offrons des cadeaux à nos proches, trois critères priment :
• La VALEUR du cadeau. C’est sa beauté, son design, sa rareté… Tout ce qui fait qu’il est précieux, unique, qu’il impressionne.
• L’UTILITE du cadeau. On l’achète en se mettant à la place du destinataire : va-t-il s’en servir ? s’en resservir ? Pour en faire quoi ? Sera-t-il « rentabilisé » ?
• La RESONANCE du cadeau. Il doit faire écho à une histoire personnelle, renvoyer à un épisode vécu, à un moment de complicité…

Pour les contenus, c’est pareil. Ils doivent être pensés cadeaux que les émetteurs font à leur public. Posons-nous donc trois questions :

• Leur VALEUR. Le contenu doit donc être singulier dans le fond et dans la forme. Un bel objet, une belle histoire. Qu’on aime le toucher, le regarder… C’est par exemple le yearbook qui permet de revisiter les temps fort de l’entreprise.
• Leur UTILITE. Mon public va-t-il y voir un service rendu ? Lui fais-je gagner du temps ? Peut-il le réutiliser en plusieurs occasions ? C’est par exemple le site de fact-checking qui permet de démêler le vrai du faux.
• Leur RESONANCE. Le contenu doit faire écho à des centres d’intérêt ou des attentes des publics, à une actualité… C’est par exemple les contenus « small talk » qui se développent en communication interne pour raconter le quotidien de l’entreprise.
Contenu complice, beau, utile ? Ou les trois ? N’hésitez pas à nous poser la question…


De la transformation digitale à la transformation Y

Tout le monde parle de transformation digitale. L’expression est désastreuse car y prévaut l’outil, alors qu’il s’agit de culture. Google+, SharePoint, un problème de DSI.

Ni de management ni de communication. Quiconque lit un peu sait que ce qui se joue, au-delà de la technique, c’est la libération de la parole des collaborateurs et que ce n’est possible que si la culture change. En gros, le passage d’un modèle vertical à un modèle horizontal ou, pour reprendre d’autres expressions, du paternalisme au « fraternalisme » (du père aux pairs) ou, encore, de l’individualisme rationnel à l’altruisme rationnel, du modèle du combattant à celui de l’adjuvant. Bref, on change de planète.

Lire la suite


[IdéesAngie] Mon patron à la une !

Les professionnels de la communication interne devraient mieux exploiter… leur patron.
En effet, les présidents constituent aujourd’hui le premier des médias d’une entreprise, et particulièrement à destination de l’interne.
Pour deux raisons. D’abord parce que les salariés postmodernes sont des êtres de raison et d’émotion, qui veulent être traités en adultes.
La communication interne doit donc aussi intégrer cette dimension affective et émotionnelle. Donner à voir un management qui oriente, bien sûr… mais aussi qui partage ses interrogations, qui sait faire preuve de connivence, d’humour et d’empathie. Ensuite parce que dans un monde où l’entreprise est toujours menacée par des forces centrifuges, le patron est aussi le mieux placé pour construire un centre de gravité : celui qui synthétise les aspirations économiques, sociales, sociétales… dans une vision consolidée, indispensable à l’heure où la cohérence devient l’exigence n° 1.
Enfin, au-delà de la com interne, un patron charismatique est le premier vecteur de la marque employeur. Alors, ce que vous ferez à l’intérieur se verra à l’extérieur !

Illustration par Tim Colmant


Nos références

nos references

Consultez la veille stratégique du groupe ANGIE